1 – La Major Ecclesia I, II, III

CLUNY et I , et II, et III… La Major Ecclesia.
Mais remontons le temps de cette abbatiale hors normes, elle en mérite bien le détour… historique. En 909 commence Cluny I. Bernon, abbé de Baume-les-Messieurs fonde un monastère de douze moines, selon la règle de saint Benoît. La construction de l’abbaye est achevée en 927, mais son influence croît rapidement, le nombre de moines augmente, et il faut agrandir l’église.
Et c’est Cluny II consacrée en 981 qui reçoit des reliques de St Pierre et St Paul.
Toutefois, un projet grandiose est lancé avec Cluny III, dont la construction débute en 1088 : il s’agit d’une église capable d’accueillir un millier de moines. Ce sera La major Ecclesia, terminée en 1130. C’était un édifice énorme et splendide. L’édifice mesurait 187 m de long et 25 m de large, avec une hauteur de voûte de plus de 30m. Du jamais vu, de l’immense, la plus grande église romane après Sainte Sophie (Istanbul) et le plus vaste édifice religieux d’Occident jusqu’à la construction, trois siècles plus tard, de St Pierre de Rome.

Essor et déclin…
Cluny est au centre d’un vaste réseau d’abbayes sur les chemins de Compostelle. Il y eut jusqu’à 1400 monastères et prieurés dépendants de Cluny, répartis dans toute l’Europe. Du Xe au XIIe siècle, l’abbaye a constitué un foyer intellectuel et culturel important. C’est Odon qui rassembla les premiers manuscrits de la bibliothèque, qui comportait 570 ouvrages au XIIème siècle. On y trouvait des textes latins (Tite-Live, Ovide, Cicéron), mais aussi des livres de médecine ou de musique. Cluny était un grand centre d’études. Cependant, à partir du XIIIème siècle, patatras ! L’abbaye connaît des difficultés financières : mauvaise gestion des terres, construction de la 3ème abbatiale, charité aux pauvres et accueil d’hôtes prestigieux (comme le pape Innocent IV venu rencontrer St Louis, roi de France, en 1245), … mettent peu à peu la gestion en péril. Au XVème siècle, les moines sont beaucoup moins nombreux. Les bourgeois de Cluny s’opposent aux moines à plusieurs reprises. Par la suite, les guerres de religion viennent encore affaiblir l’abbaye.
A la Révolution, l’abbaye devient bien national. Les tapisseries, le mobilier et les objets de culte sont vendus. L’abbaye servira de carrière de pierres pour les maisons du bourg.

Publicités