. la Voie Sarde

La voie Sarde

La voie Sarde est l’ancienne voie romaine qui reliait Chambéry à Lyon. Il y avait à St Christophe-la-Grotte, un passage accidenté et particulier. A la fin du défilé se trouvait un système de grands escaliers et d’échelles, permettant l’acheminement des gens et des marchandises, d’où le nom des Echelles.

En 1649, des travaux sont entrepris par Christine de France. Ils consistaient à consolider le mur du canal qui longe la voie. Son fils, le Duc Charles-Emmanuel II, réalisa une rampe monumentale de 400 mètres de long entre 1667 et 1670, en pierres de taille. La voie Sarde est remplie de pavés anciens qui s’enfoncent dans un défilé de falaises où se trouve un monument, édifié par Charles Emmanuel II et dédié à sa personne, en 1675. Un blason comportant deux lions et un écusson au centre, réalisé à l’occasion des JO d’Albertville de 1992, est accroché à l’une des falaises du défilé de la voie Sarde. Napoléon 1er, qui jugea la voie Sarde trop difficile, ordonna le percement d’un tunnel qui porte son nom. C’est en 1820 qu’elle fut abandonnée. Puis en juin 1940, les Français firent exploser la voie pensant limiter l’avancée des Allemands. Ce n’est qu’en mai 1984 que la voie fut rétablie par le 4ème régiment du Génie, le 7ème et le 13ème BCA.

La voie Sarde était devenue une route incontournable pour les carrosses des seigneurs et les colporteurs pour entrer dans la plaine de Chambéry afin de rejoindre l’Italie et les autres vallées de Savoie. Quant aux grottes des Echelles, situées dans le défilé, elles auraient servies de cachette à Mandrin et ce serait par lesquelles il échappa aux soldats du roi.

Publicités