La BOURGOGNE

Entre Saint-Léger-sous-Beuvray et Cluny
Saint-Léger-sous-Beuvray – Broye – Saint-Pierre-de-Varennes – Savianges –
Taizé / Ameugny – Cluny

16 avril 1949, jour de l’enfant roi… Moi.

Une fois n’est pas coutume; je vais relater cette journée si particulière du 16 avril, entre Saint-Léger-sous Beuvray et Broye. Donc effectivement le 16 avril est depuis quelques années déjà le jour de mon anniversaire. Je ne ferai pas ma chochotte et je vous avouerai non pas 50, pas 60, mais 67 au compteur. « Ouille, ouille, ouille… Chère Eloïse » (Jean Teulé).

1 . Charmante Jacqueline…


Dès le petit déjeuner chez la charmante Jacqueline, la pluie tombe à flots, c’est bien partie. Un petit déjeuner regorgeant des douceurs préparées amoureusement par notre hôtesse : confiture de mandarine, de cassis, de murs, miel du Morvan, écorces d’oranges confites… nous font oublier les trombes de l’extérieur, surtout que Jacqueline nous dévoile deux trésors, sa recette de marmelade et d’écorces confites d’oranges.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

entre Saint-Léger-sous-Beuvray et Cluny

Malgré la pluie c’est le départ et après quelques kilomètres Dom s’exclame dans un cri désespéré presque suicidaire : « Les fromages ! J’y retourne ! ». O rage, O désespoir…Nous avons oublié notre repas de fromages pour le midi dans le frigo de Jacqueline. Gil qui a enfin atteint l’âge de sagesse, lui répond plein de tendresse et d’amour « -ça va pas pov’ c…, 3kms allé plus 3 pour le retour ça fait 6 !!! ». Nous reprenons alors la route jusqu’à Lazy, où Dom, comme à l’habitude doit s’arrêter d’urgence, elle nous fait le coup chaque jour !!! Nous prenons un café dans un charmant bistroquet tenu par deux gentils garçons.

2 . A chœur joie…
Et la joie au cœur nous reprenons la route, jusqu’à un grand moment que nous fait vivre Dom en compagnie d’un troupeau de vaches rencontré. En effet tel une chef de chœur aguerrie des chorales « A chœur joie », Dom, Chef de Cœur de Vaches, spécialiste du beuglement chanté, experte du meuglement ahané, rassemble ses choristes et les fait chanter… Un moment particulièrement touchant et inoubliable.


Ce diaporama nécessite JavaScript.


Puis toujours dans cet esprit de partage, nous avions fait de même la veille avec Bab, Dom loupe une pierre dans un gros ru et se retrouve le pied et le mollet « à la rue » si je puis dire… Ses deux compères, sympathiques et dévoués l’aideront fraternellement à changer de chaussette et à se remettre en route… Une route, où Bernadette notre copine pèlerine se joindra à notre groupe, car tous quatre, nous sommes hébergés au même endroit…

3 . Le Pavillon des Jardiniers…
Nous sommes accueillis par le « Duc de Guise » dans son orangeraie entrain de greffer des poiriers, il nous indique la maison pour notre hébergement « Le Pavillon des Jardiniers ». Un nom mystérieux, un lieu mythique, qui ne renferme ni jardiniers célestes, ni jardinières fessues mais des armées de coccinelles, des légions de mouches dont nous arrivons vaillamment à nous débarrasser.


En quête d’un lieu pour fêter dignement mon anniversaire les sisters téléphonent à l’unique épicerie-librairie-papeterie-droguerie-maison-de-la-presse-boulangerie-patisserie-bar de Broye. Et la charmante propriétaire Damiana Nowacki, leur annonce qu’elle pourra nous réchauffer gracieusement des plats achetés dans sa boutique pour que nous les consommions dans son bar… Sauvés, nous sommes sauvés, la fête aura bien lieu. La femme du Duc trouve plaisant de nous voiturer jusqu’au village, ce que nous apprécions sans piper mot, la pèlerine Bernadette sera de la fête.

4 . Les Agapes…
The Menu : Apéritifs variés sur lit de gâteaux apéros, Melon délectable et suave du Maroc, Chantecler au jus de treille sur vent de flageolets, Plateau de fromages de chevrettes du pays, Burgou de la châtaigneraie sur canapé en chocolat de Liège, le tout arrosé d’un Julienas du cellier de 2013… Un repas de folie, extravagant, magistral, du grand art, digne des tables les plus fines et les plus courues, du Bocuse, du Troisgros, du Robuchon… que sais-je ?
Gil entouré pour ces agapes d’une cour de gracieuses et indolentes jeunes femmes presque nues… Je ne citerai que pour mémoire les Sisters Dominou et Baby, Berna aux pieds de gazelle, la patronne Damiana et deux adorables poupées perchées sur de hauts tabourets de bar….


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une soirée de bombance qui se termine par une course folle à travers bois pour retrouver notre « Pavillon des Jardiniers »… Gil, satyre aux pieds de bouc, poursuivant ses trois vierges esseulées aux corps de liane…
On s’endort rapidement en lisant quelques lignes des cadeaux offerts gentiment par Dom et Bab et en relisant le Très-Bas de Christian Bobin… « Les mères nourrissent leurs petits avec du lait avec du songe. Leur lait remonte des chairs profondes. Il sort du sein comme d’une blessure heureuse. Leur songe remonte du plus secret de leur enfance. Il vient à leurs lèvres dans les berceuses, il enveloppe le nouveau-né d’une douceur infiniment pénétrante – comme un parfum qui ne s’éventerait jamais au long des ans… »
Une journée bien remplie…

Immergés dans l’aqueux…

Nous ne pouvons parler de ce passage du Morvan à la Bourgogne, sans dresser un étonnant tableau de la liquidité de l’environnement. Tout est liquide, tout est fluide, nous sommes immergés dans l’aqueux. Et même le ciel se mettait à pleurer, titre d’une de mes pièces sur le tango… Et bien là c’est le cas, le ciel n’arrête pas dans ses chagrins, ça va du gros chagrin à la petite comédie. Des larmes de brumes, de grosses larmes jusqu’à des larmes de crocodiles, les cieux nous en font voir de toutes les couleurs. Le ciel vit un drame en permanence, ou si c’est une comédie, il en rit aux larmes…



Ah des saucées nous en avons eu, depuis des bruines passagères, voire des crachins serrés, froids, pénétrants. Et puis après des périodes d’accalmies et un soleil bénéfique des averses à brouiller le paysage, des giboulées de mars en avril qui nous fouettaient interminablement. « A partir de ce jour j’ n’ai plus baissé les yeux. J’ai consacré mon temps à contempler les cieux. A regarder passer les nues. A guetter les stratus, à lorgner les nimbus. A montrer les poings aux moindres cumulus. » A se demander si les nuages ne nous faisaient pas la tête, ne nous avaient pas pris en grippe… C’est décevant une si mauvaise humeur des nues dans un paysage aussi fascinant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Passages difficiles

Et le chemin, ce chemin qui monte, qui monte sans cesse vers les lignes de crête. Ce chemin devenant à la fois, ru bruissant, ruisseau frémissant, ruisselet bondissant. En descendant la côte, dans sa fuite de reptile sous les herbes, à travers les cailloux, le ruisselet a recueilli d’autres ruisselets, s’est grossi de sources invisibles et joue à cachecache avec nos pieds qui cherchent à l’éviter. Qu’il est faible encore, le petit cours d’eau! Une planche, un tronc d’arbre, un ponceau, une passerelle suffisent pour le franchir.

Peter Schmidt: J. S.Bach Suite n°2, BMW 1008 en ré m

Le pluriel ne vaut rien à l’homme…

De nouvelles étapes de nouveaux hôtes, toutes et tous très sympathiques, avec chacun leur façon d’accueillir, d’être avec nous. Il y a les Guise dont j’ai déjà parlé au début de cet article. Il y aura aussi Dominique et Régine, Dominique le fils d’immigrés italiens, Régine la fille d’immigrés polonais. Dominique qui vient au-devant de nous sur la route pour nous installer chaleureusement dans la salle paroissiale. Puis il nous véhicule pour aller diner avec lui et sa femme dans leur maison. Sur le chemin il nous présente amoureusement à sa petite église, puis à son petit cimetière, à sa petite maison et pour terminer à sa petite femme Régine aux yeux turquoise comme la couleur de son vêtement… Un repas de Ouf ! Régine et Dominique font l’impossible nous accueillant de manière fastueuse pour un diner somptueux, du grand art…



Le lendemain c’est une Anémone classieuse et réservée qui nous reçoit de façon seigneuriale : Diner princier avec Anémone et Gérard, « marketing institut », Petit-déjeuner royal et enfin Sandwichs Souverains pour le chemin… de Grands Seigneurs. A Ameugny, Françoise nous installe gracieusement chez la belle-sœur, elle ne saura pas quoi faire pour nous être agréable. Et sœur Marie-Agnès, vous ne la connaissez pas ? Cluny, le Couvent des moines Récollets, les Sœurs de Saint Joseph et sœur Marie-Agnès… Un monument cette femme, de sympathie, de connaissance de la vie, de culture, d’humanisme, un monument je vous dis. Avec elle pendant plusieurs heures nous avons échangé, partagé, bavardé sur l’éducation des enfants, sur Madagascar, sur sa famille, sa congrégation, l’éducation, la politique, la vie des religieuses en Afrique, en Inde, le pape et j’en passe… Un monument à rencontrer…

Moments anecdotiques

Cluny et son abbatiale, circulez y’a plus rien à voir…

Effectivement à Cluny tout est à imaginer puisqu’il ne reste pratiquement rien de cette abbatiale. Le visiteur d’aujourd’hui ne peut voir que les vestiges de ce qui fut l’édifice religieux le plus important de tout l’Occident à l’époque médiévale, et son esprit doit reconstruire la Major Ecclesia, la plus grande abbatiale du Moyen-Âge.


Aujourd’hui moins de 10 %…
Aujourd’hui, il reste moins de 10 % des bâtiments initiaux. De la Major Ecclesia, il ne subsiste que le bras sud du grand transept avec le clocher de l’Eau bénite, et celui du petit transept avec la chapelle Jean de Bourbon. Pour plus de documentation : La Major Ecclesia et I, et II, et III.

Francesco ! Acte I, scène 2

Croire que l’enfance n’est pour rien dans cette grâce de l’envol…
Le chœur d’oiseaux continue à chanter et Francesco rejoint un banc en bois qui jouxte le chêne, Dame Pauvreté reste sous l’arbre, elle regarde 2 enfants jouer au ballon avec un petit morceau de bois. Francesco continue à parler et à raconter son histoire incroyable.
Francesco : Je m’appelle d’abord Giovanni, c’est le vœu de ma mère, c’est son choix. C’est sous ce nom que je suis baptisé, en l’absence de mon père, de nouveau en France pour ses affaires. A son retour il enlève ce prénom comme une mauvaise herbe, il l’efface pour le recouvrir d’un autre : Francesco. Deux noms, l’un dessus l’autre. Deux vies, l’une dessous l’autre. Giovanni l’Evangéliste, Giovanni des sources, Giovanni des encres et Francesco de France, Francesco sang de Provence… Et pourquoi pas, faire les deux choses, être les deux : l’évangéliste et le troubadour, l’apôtre ou l’amant.

mes Sœurs les Fleurs…

Francesco s’arrête de murmurer et regarde lui aussi les enfants que Dame Pauvreté observe depuis un moment. Il reprend comme s’il parlait à ces deux enfants jouant en haillons.
Francesco : Puis je grandis, je grandis comme grandissent les enfants : comme un arbre, plongeant les racines de ses bras dans la terre maternelle, puisant sa nourriture dans les sous-bois d’une parole. Que disent les textes sur mon enfance ? Rien. Ils ne disent rien. Ils se précipitent vers l’adolescence, comme vers le vrai commencement de tout. A croire que l’enfance n’est pour rien dans cette grâce de l’envol. A croire que les papillons ne viennent pas des chenilles. Jacques de Voragine, archevêque de Gênes écrit « Francesco, le serviteur et l’ami du Très-Haut, vécut dans la vanité jusqu’à l’âge de près de vingt ans. » Pour ce genre d’homme vanité veut dire néant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

mes Frères les Animaux…

Francesco regarde Dame Pauvreté se diriger vers les enfants, elle les appelle doucement, leur fait un signe, les enfants s’approchent timidement, ils ont le visage émacié, les membres chétifs. Dame Pauvreté sort une pomme de sa robe de vieille toile, la rompt en deux et en tend un morceau à chacun des enfants. Francesco continue de parler tout en regardant les enfants prendre la pomme de Dame Pauvreté et s’enfuir en courant.
Francesco : Le pépiement des premiers mots : vanité, néant. La danse fragile des premiers pas : vanité, néant. Le ravissement des premiers flocons de neige, la douceur profonde des soirs d’été, le fou rire et les larmes de jeux, les plaies au genou et l’insouciance dans l’âme : vanité, Néant. C’est que Jacques de Voragine est un homme de son temps : l’enfance est une maladie éphémère. Si on se penche sur elle, c’est pour n’y trouver que le témoignage mortifiant de la faiblesse humaine.

Francesco échange un regard plein de douceur avec Dame Pauvreté qui revient s’assoir au pied du chêne. Il se prend la tête dans les mains et dis de manière plus vive.
Francesco : Jacques de Voragine est théologien. C’est un homme d’appareil et c’est en empruntant à la hiérarchie militaire du clergé qu’il nomme son Dieu : Le Très-Haut. C’est oublier que rien ne peut être connu du Très-Haut sinon par le Très-Bas, par ce Dieu à hauteur d’enfance…

Francesco se lève, se dirige vers Dame Pauvreté, lui pause doucement la main sur la tête.
Francesco : Moi Francesco, le serviteur et l’ami du Très-Bas, je vécus dans la douceur jusqu’à l’âge de près de vingt ans.

(à suivre…)

entre Saint-Léger-sous-Beuvray et Cluny

Ce diaporama nécessite JavaScript.


nos différentes étapes enregistrées avec RunKeeper…

Le prochain article : le BEAUJOLAIS

à bientôt

17 réflexions au sujet de « La BOURGOGNE »

  1. Gil c’était ton anniversaire et moi aujourd’hui, c’est ma fête :
    Dom et les fromages !
    Dom et ses arrêts d’urgence !
    Dom, chef de Cœur de Vaches !
    Dom, dans le gros ru jusqu’au mollet !
    Ça tombe bien, j’adore que tu parles de moi.
    Merci mon Loulou

    J'aime

    • Oui mais quelle fête ?
      Sainte Djojo, Sainte Mouche, Sainte Domi, Sainte Puce, Que sais-je ? Et pourquoi pas Sainte Glinglin ? J’ai longuement cherché les dates des fêtes de toutes ces saintes, mais que nenni, rien, néant… Pas une sainte qui pense à toi. Aucune date dans le calendrier, tu es une inconnue en Sainte !!! J’avais pourtant préparé un petit compliment, une jolie louange, une belle éloge bien appropriés pour fêter dignement cette fête de ma Dom… Mais je laisse Stéphane Mallarmé terminer car moi je suis trop triste, abattu et accablé de ne pas avoir pu te fêter…
      « J’avais appris un compliment, Et j’accourais pour célébrer ta fête, On y parlait de sentiment De tendre amour, d’ardeur parfaite ; Mais j’ai tout oublié, Lorsque je suis venu, Je t’aime est le seul mot que j’ai bien retenu. »

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Merci pour vos photos, je dois avouer que vous avez fini par me donner envie de prendre mon sac et de gagner le maquis.
    C’est décider je pars trainer mes guêtres dans le jura, pas longtemps car je ne peux pas supporter le remplissage de ma messagerie vocale pendant ma détente. Je ne pars que 4 jours en randonnée pédestre dans un premier temps puis 10 autres jours, équipé de mon vélo lui même équipé de sacoches.
    Voilà l’objet de ce mail, je désire partir dans le Jura (sac a dos et chaussures de rando)et je me demande si vous auriez des idées à me souffler, des lieux, voire, un simple conseil.. ou bonne table.
    Avez vous quelque chose dans votre sac?
    Bien cordialement,
    Julien

    J'aime

    • Bonjour Julien,
      Merci pour ton retour, ces commentaires nous font toujours un immense plaisir…
      1/ En ce qui concerne le Jura… Excellente idée d’y trainer tes guêtres pendant 4 jours… Malheureusement, c’est une région que nous n’avons pas eu la chance de traverser à pied ! La Via Francigena ne passe pas loin : Pontarlier, Nods, Besançon, Cussey-sur-l’Ognon.
      Mais c’est déjà le Doubs et de plus ce n’est pas une boucle ! Mais tu n’as peut-être pas choisi de faire une boucle.
      Pour info, nous faisons entre 20 et 25 km par jours quand nous partons plusieurs jours.
      Quand nous partons en dehors des chemins de pèlerinage, nous utilisons la plupart du temps les topoguides. Ils sont fiables et la plupart du temps les chemins indiqués sont bien balisés, ce qui n’est pas toujours le cas d’autres sources d’informations même proposées par les offices du tourisme.
      L’échappée Jurassienne :
      http://www.jura-tourism.com/A-voir-A-faire/Vivre-le-Jura/A-pied/L-echappee-Jurassienne/Topoguides-R
      Les sentiers de Grande Randonnée dans le Jura :
      http://jura.ffrandonnee.fr/2836/html/les-gr-du-jura.aspx
      2/ Si tu souhaitais passer par une région où nous avons déjà pérégriné, nous te fournirions tout ce que tu souhaites comme info…
      3/ Si tu veux savoir le contenu essentiel du sac à dos, tu peux nous le demander aussi…
      Très Cordialement,
      Gil&Dom
      https://giletdomfouleursdesentes.wordpress.com/
      0238458187

      J'aime

      • Bonjour à vous,

        Merci pour les liens envoyés, ils me permettent d’étayer mon circuit. Je pars donc avec un ami marcher 3 jours dans le jura, avec un sac à dos de 15kg pour faire une boucle. Le problème est que si j’ai déjà randonné avec le sac à dos dans le passé, je ne connais rien à la montagne, les dénivelés etc je ne maitrise pas du tout. Ce qui fait que je me retrouve à ne pas savoir comment anticiper les étapes. J’ai peur de voir trop grand.
        Par ailleurs je suis preneur de renseignements sur la composition du sac. L’économie de poids est le maître mot et commence déjà à cisailler le manche de ma brosse à dents dans cette vision là.:)
        Merci déjà pour les liens et vos propositions de topos.
        Prenez soin de vous.

        Julien

        J'aime

        • Cher Julien,
          15kgs de sac à dos, je pense que c’est beaucoup… Mais c’est vrai que tu as un peu le profil du défunt Cassius Clay, 2m, 100kgs… Je blague… le mien fait 12kgs et c’est grandement, il faut tenir la distance… Pour le kilométrage, 20 à 25kms en montagne c’est grand max pour nous…

          Et voilà l’intimité de mon sac à dos révélée au grand jour…
          SAC à DOS de Gilles :
          Toilette-Hygiène : serviette toilette – rasoir à main – savon – dentifrice et brosse – papier toilette – corde à linge – épingles à linge – médicaments – mouchoirs – sparadrap – ibuprofène – pansements – vaseline – pommade anti inflammatoire
          Divers : (ordinateur – clé 3G) – lampe de poche dynamo – lunettes – carnet – stylo – credenziale – carte européenne santé – carte Vitale – carte bancaire – carte groupe sanguin – carte d’identité – chargeur téléphone – chargeur appareil photo – (chargeur ordinateur – chargeur clé 3G) – sacs congélation zip – canif couteau couverts – petite boîte plastique étanche- gobelet – (dosettes café – sucrettes) – sacs poubelle – ordonnance – clé USB – pochette – petit sac à dos – briquet – liseuse
          Vêtements-Couchage : duvet – (sac à viande) – 2 slips – 2 shorts – 2 tee shirt – 1 chemise – (1 caleçon long) – poncho – 1 paire chaussettes – casquette – sandalettes
          Tenue de départ : pantalon convertible – (chemise) – sweat shirt – (polaire) – slip – chaussettes – chaussures + semelles orthopédiques – mobile – appareil photo + carte photos – (dictaphone) – lunettes – guide

          * Ce qui est entre parenthèses, je ne l’emporte pas

          J'aime

  3. Chers vous deux,

    On poursuit avec plaisir les randonnées; paysages bourguignons magnifiques, concert de vaches en pleine nature, vous avez une vie très occupée !!!!
    Mais comme d’habitude, ce que j’aime le plus, ce sont les rencontres humaines, la générosité des gens croisés, la confraternité avec tous ces inconnus.
    Mais Gilles, j’ai du mal à croire que tu as qualifié aussi vertement Dominique; je ne crois pas que tu aies été aussi virulent !!!!
    J’attends avec impatience la prochaine étape.
    Je vous embrasse tous les deux
    Josette

    J'aime

    • Chère Josette,
      Oui un gros travail culturel et de formation auprès des vaches taurelières, une spécialité chez Dominique…
      Concernant mon emportement après ces terribles mots (maux) : « Les fromages ! J’y retourne ! »… Il y a des fois ou je me demande où se trouve Dominique, dans quelle planète, voire dans quelle galaxie. Ça, renforcé par une éducation, très bonne au demeurant, mais tellement dans l’aide, toujours prête à rendre service, à secourir le pauvre, le faible et l’opprimé, voir plus… Une forme de charité chrétienne, comme on dit…
      Que moi, malgré toute ma retenue, ma modération, ma pondération… (hum, hum…) Poussé par je ne sais quel Dieu (Démon ???) malin, retors et violent… J’EXPLOSE ! Et à ce moment, on ne sait jamais ce qui peut sortir de ma bouche en cœur et pleine d’amour… Et surtout lorsqu’il s’agit d’une personne que j’aime… C’est ma faute, c’est ma très grande faute, sœur Josette, pardonnez-moi…
      Ah! Ce qu’ont peut raconter comme conneries quand on est lancé…
      On vous embrasse,
      Gil&Dom

      J'aime

  4. A une heure de passer une audition de violoncelle où je vais » exécuter « une partie de la 3ème suite, j’écoute Rostropovitch, je regarde l’eau qui court et ruisselle, je vois un petit garçon qui ressent la vie avant de s’élancer, et l’immense paix de ces paysages traversés, immuables vaches chantantes, prés gras et pierres sacrées. Merci! c’est bon de vous voir et de vous lire.

    J'aime

    • Très Chère Bianchina,
      La 3ème suite, BMW 1009 en do M… Ah, elle attaque fort celle-là, ils se trémoussent pas mal les petits doigts sur celle là, dansant, virevoltant, sautillant sur les cordes… Tu aurais pu choisir autre chose quant-à « exécuter », il y a ce qu’il faut en ce moment autour de nous… Tous ces mecs qui courent autour d’un ballon qui ne leur a rien fait, pour toucher des millions de pesetas… Et les supporters, parle leur donc de la 3ème suite en C Majeur !!!
      Non, mais il y a aussi les Suites de Fibonacci qui convergent vers le nombre d’or (encore lui !), les suites binaires, les suites ordonnées,les suites lyriques, les suites au prochain numéro… Tu avais le choix, mais toi tu as préféré la TROIS, avec délice, gourmandise et voire Amour !
      D’ailleurs dans le prochain article ce sera la Suite n°3 BMW 1009 en do M qui sera interprétée par Rostro (je l’appelle comme ça maintenant) lui, il dit Gilo… J’aurais pu te demander un enregistrement…
      J’aime beaucoup ce passage sur l’enfance de Francesco dans le Très-Bas de Christian BOBIN, effectivement comme si les gens passaient de la naissance à l’adolescence, et l’enfance, rien, le néant… Alors que c’est là…

      J'aime

    • Des paroles qui réchauffent le Cœur, oui.
      Mais quand nous avions passé une journée sous la pluie, nous avions été si contents d’avoir le Cœur réchauffé, mais aussi le Corps et l’intérieur du Corps… ce que vous aviez fait avec une infinie gentillesse…

      J'aime

  5. Dom en bouton d’or parlant et chantant avec les gentilles petites vaches….
    Gil qui scanne son sac à dos……
    Et Bab sereine au milieu de ce petit monde…
    C’est ça le bonheur……
    Je partage avec vous……..bises Berry et à bientôt….

    Nicole

    J'aime

    • Chère Nicole,

      Et oui le BONHEUR en lettres majuscules…
      Mais le bonheur, c’est aussi lorsque nous recevons vos gentilles intentions, vos cordiales attentions, vos sympathiques réflexions… Toutefois il y en a certaines que l’on ne peut pas apprécier à leur juste valeur, trop pertinentes, trop subtiles, trop coquines peut-être, voire trop luxurieuses qui sait, on peut rêver !!! Et avec amitié, sincérité, mais toutefois fermeté, je n’irai pas par quatre chemins, je ne tournerai pas autour du pot, je n’userai pas de détours inutiles, j’irai au fait : Qu’est-ce que t’entends par « Gil qui scanne son sac à dos », la bouelle ? Cake tu veux dire là, Gamine ? C’est un code secret, un document classé confidentiel, une nouvelle tactique secrète de l’équipe de Fouteux, une expression berrichonne… Je vois pas, rends moi la vue Nicole, s’il te plait, NICOOOOOOOOOOOOOOOLE, dis-moi ???

      J'aime

      • Salut les loulous,

        Non non point de code secret, ni d’œil de sorcière, ni de crottes de souris séchées à mettre sous la langue…..
        Ta réponse sérieuse au dénommé Julien m’a bcp amusée…….un inventaire à la Prévert…..
        J’ai vérifié : tu as bien listé ton couteau…..donc tu emmènes ta virilité…..j’aime bien les expressions de mec de temps en temps…….

        Je vous joins une rayée de soleil….Ça c’est berrichon…..c’est la mère d’une copine qui dit ça………
        A un de ces jours
        Nicole

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s